Une gouvernance qui a la COTE

A l'issu du Grand débat transition énergétique, la conférence ouverte de la Transition énergétique (COTE) a été missionnée par élus métropolitains, le 22 juin 2018, afin d'assurer un rendre compte démocratique et indépendant des avancées des 33 engagements de la feuille de route, votée à l’unanimité le 16 février 2018.

Installée par Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole, la conférence ouverte de la Transition énergétique compte une trentaine de membres. Ils ont été choisis selon 3 critères :

  • Avoir participé au débat via les cahiers d’acteurs, les auditions ou en temps que témoins lors d’événements ;
  • Faire preuve d’une expertise d’usage (et/ou sensible), de connaissances et d’expériences sur l’un des 8 axes des 33 engagements / 4 thèmes du débat ;
  • S’inscrire dans une approche transversale et collective.

La constitution de la COTE a été validée par les 24 maires. Ses membres sont bénévoles, et sont désignés pour deux ans. Ils travaillent depuis l’été 2018 en toute indépendance.

La COTE au travail

3 élus métropolitains :

  • Fabrice Roussel, vice - président de Nantes Métropole en charge du dialogue citoyen, de la proximité, coopérations métropolitaines – Tourisme – Equipements culturels d'intérêt métropolitain. Maire de la Chapelle-sur-Erdre, membre de la conférence permanente Loire
  • Julie Laernoes, vice - président de Nantes Métropole en charge de l’Empreinte écologique - Transition énergétique - Climat - Énergie - Développement durable - Conseiller(e) municipal(e) de la ville de Nantes
  • Marie-Cécile Gessant, maire de la Ville de Sautron

Des citoyens engagés pendant le Grand Débat :

  • Stéphanie Airal-Deleu, citoyenne ayant participé au Défi Familles à Énergie Positive
  • Emilie Girard, citoyenne impliquée dans les Défricheurs du Grand Débat, et à l’initiative de la démarche « J’aime tes bocaux »
  • Samuel Jan, citoyen membre de la commission du Grand débat transition énergétique
  • Yvon Jarny, citoyen professeur émérite à Polytech.

Et des acteurs ayant rédigés des cahiers d’acteurs pendant le Grand Débat :

  • Santa Orsini, CCI
  • Philippe Bely, Chambre des métiers
  • Stéphane Boireau, Chambre d’agriculture
  • Philippe Lambert, Caisse des dépôts et consignations
  • Claire Moulinié, Pôle Métropolitain Nantes Saint Nazaire
  • Franck Dumaître, ADEME
  • Marc Richard, Ecossolies
  • Yves Le Cars, Ecopôle
  • Annie-Claude Thiolat, Place au Vélo
  • Jérôme Dyon, Collectif Transport
  • Renate Schäfer, Collectif Zero Déchet / 100 % ressources
  • Dominique Behar, REEVE (réseau éco-événement)
  • Yann Lescouarch, Nantes Ville Comestible
  • Simon Plessis, CAP44
  • Nolwenn Dulieu, COBATY
  • Thierry Leboucq, ADN Ouest
  • Charles Esmenjaud, Virage Energie Climat PdL
  • Samuel Faure, Alisée
  • Carine Perrein, Maison de l’Habitant
  • Paul Fattal, Université de Nantes
  • Louis Savary, Institut Kervegan
  • Bernard Lemoult, Collège des Transitions Sociétales / IMT
  • Philippe Audic, Conseil de Développement de Nantes Métropole

Leur mission : suivre l’avancée des 33 engagements

La COTE organise pour le compte des acteurs et citoyens la fonction de « droit de suite » du Grand Débat « La transition énergétique, c’est nous ! ».
Pour ce premier mandat, l’ensemble des membres s’est fixé pour priorités les missions d’évaluation, de suivi et de rendre compte. A ce titre la COTE a la possibilité d’interpeller la collectivité et les acteurs impliqués dans la réalisation des actions de la Feuille de route transition énergétique.

Pour répondre à ces fonctions, la COTE pourra :

  • Exercer un droit d'interpellation, ainsi qu’une vigilance pour le suivi évaluatif des réalisations,
  • Demander une consultation pour soutenir et améliorer les actions prévues, mobilisant à la fois expertises et ressources des membres,      

Instance de dialogue citoyen, à ce titre, elle instaure dans son fonctionnement des modalités de co-construction ouvertes et entend également soutenir :

  • La transparence en tant qu'espace de restitution
  • Le dialogue par sa dynamique collective et délibérative
  • L’honnêteté dans une perspective d’intérêt général

Au-delà de l’instance qu’elle constitue avec un nombre limité de membres, il est proposé que la COTE puisse :

  • Instaurer dans son fonctionnement des modalités de dialogue et de co-construction ouvertes
  • Mobiliser divers formats de coopération par tous les moyens qui lui sembleront pertinents .

Son travail sera relayé sur cette page dédiée.

Comment fonctionne la COTE ?

Depuis juillet 2018, les membres de la COTE se retrouvent régulièrement en plénières et/ou temps de travail plus approfondis en commissions.
La COTE a toute autonomie et indépendance pour communiquer. Elle doit produire des documents sur l’avancée des engagements de la feuille de route (alertes et informations servant la bonne réalisation des engagements pris) avant la fin de son mandat. Elle peut également organiser des temps publics pour restituer ses travaux auprès des acteurs et citoyens en complément d’une diffusion sur cet espace numérique dédié.

La MAFTE, un soutien pour la COTE

Une Mission dédiée, Mission d’Animation de la Feuille de Route de la Transition Énergétique (MAFTE) assure la conduite et la coordination du programme ; elle s’appuie sur une communauté des chefs de projet représentants les directions thématiques concernées, à l’interface avec les acteurs territoriaux. Des structures ressources pourront être associées si nécessaire (Auran, SEMITAN, NMH, Crédit Municipal, NGE, SAMOA, NMA, VAN ...)