Grand Débat Longévité : la suite des contributions citoyennes se construit

user.username Nantes Métropole, dans Egalité, santé, solidarité, le 21 mai 2021

JR_longevite_007.JPG

Grâce aux contributions citoyennes de 2019 autour du Grand Débat Longévité, le territoire métropolitain se saisit des pistes initiées. Des ateliers thématiques vont désormais permettre aux parties prenantes de la métropole d’établir ensemble une feuille de route concrète.

Des contributions citoyennes qui orientent la politique publique de la longévité

En 2019, pendant 5 mois, 23 000 participants dont 8 000 contributrices et contributeurs se sont impliqués dans le troisième Grand Débat initié par Nantes Métropole sur le thème : Longévité, ouvrons les possibles.

Les contributions recueillies ont été analysées par les services de Nantes Métropole. En ressortent 5 axes de travail qui vont guider la politique publique de la Longévité :

  • Anticiper et accompagner son projet de vie pour définir sa longévité
  • Prévenir et lutter contre l’isolement et les risques de rupture
  • Fonder un nouveau pacte social entre les générations
  • Vivre et construire une ville de la proximité
  • Soutenir le changement de regard : de la vieillesse à la longévité

Un séminaire pour « des actions très concrètes »

Ces orientations stratégiques ont été présentées aux acteurs associatifs, économiques, académiques et institutionnels du territoire métropolitain nantais et des 24 communes lors d’un séminaire qui s’est déroulé les 11 mai et 20 mai. Johanna Rolland, Maire de Nantes et Présidente de Nantes Métropole, a rappelé que le Grand Débat Longévité a été un « moment marquant du dialogue citoyen en matière de mobilisation mais aussi de qualité des réflexions qui avaient été menées », et la volonté « de déboucher rapidement sur des actions très concrètes.

De nombreuses interventions ont ponctué le séminaire. Ainsi, René Pavageau, Vice-Président du CDMCA (Conseil Départemental Métropolitain de la Citoyenneté et l’Autonomie), s’est fait l’écho de la liberté de choix des personnes âgées et du souhait de « la mise en œuvre d’une société inclusive », tandis que David Racapé a pu témoigner du projet de Village social mené par la Résidence Autonomie Gingko Biloba qu’il dirige. Georges Hervouët d’Old’Up a pour sa part défini « la longévité comme une opportunité pour une réinvention de soi » et Miguel Jean, directeur de l’Espace de réflexion éthique des Pays de la Loire, a souligné la nécessité de « valorisation des métiers des soins et d’accompagnement ».

Des ateliers pour établir ensemble une feuille de route

Les orientations stratégiques ont été complétées par des exemples concrets existants sur le territoire. Ainsi chacun a pu prendre connaissance du pass numérique APTIC qui facilite l’initiation à l’informatique, du protocole FIVER qui lutte contre la maltraitance à l’encontre des personnes âgées, ou encore des associations Le temps pour toiT ou la Maison Tissatoit qui œuvrent pour le rapprochement intergénérationnel.

Forts de tous ces éléments, les participants vont mener 5 ateliers thématiques et 3 ateliers d’approfondissement jusqu’au 1er juillet. Ils vont permettre l’écriture d’une feuille de route concrète.