Éthique et transparence : quand élus et citoyens se réunissent

user.username Nantes Métropole, le 17 septembre 2021

commission 800.jpg

Favoriser la transparence et la confiance entre la vie politique et les citoyens. C’est le but des commissions « Éthique et transparence » lancées par la Ville et la Métropole. Elles rassemblent élus et habitants autour de la table pour faire respecter la charte de déontologie signée en 2020.

D’après le CEVIPOF, 30 % des Français ressentiraient de la méfiance envers la vie politique. À Nantes, les élus signent une charte de déontologie depuis 2014, mais la Ville et la Métropole ont souhaité aller plus loin. En 2020, les élus ont adopté une nouvelle charte reposant sur cinq principes fondamentaux : l’intérêt général, la probité, l’impartialité, l’exemplarité et la transparence.

Pour veiller au respect de cette charte, deux commissions ont été installées les 13 et 14 septembre 2021. La première commission, municipale, est composée de 10 membres et est présidée par Sophie van Goethem, conseillère municipale d’opposition. La deuxième commission, métropolitaine, est composée de  20 membres et est présidée par Fabrice Roussel, vice président de Nantes Métropole. Ces deux commissions sont composées à 50% d’élus et 50% de citoyens, tirés au sort parmi des volontaires.

Trois réunions par an jusqu’en 2026

« C’est très important pour moi de m’impliquer dans la vie de la collectivité et c’est pour ça que j’ai rejoint la commission », témoigne Patrice, citoyen membre de la commission. « Il est temps de recréer un rapport de confiance entre les publics et les institution ! »

 

Autour de la table, élus et citoyens auront pour mission de rédiger des avis et des recommandations sur la bonne mise en œuvre des engagements en matière de transparence des élus, d’éthique et de déontologie. Comment prévenir les conflits d’intérêts ? Comment assurer l’assiduité des élus lors des conseils ? Autant de problématiques concrètes qui seront abordées collectivement.

Les commissions se réuniront en moyenne trois fois par an jusqu’en 2026 et leurs travaux seront rendu publics sur metropole.nantes.fr. Enfin, un déontologue sera désigné d’ici la fin de l’année 2021. « Je suis active depuis longtemps dans le milieu associatif métropolitain. Participer à cette commission va me permettre de m’engager à un autre niveau et d’accéder à de nouvelles clés de compréhension sur la gestion d’un territoire », confirme Marie-Madeleine, citoyenne membre de la commission municipale.