Avis citoyen

Du Mardi 6 avril 2021 au Vendredi 30 avril 2021

Le souhait d’une réduction de la présence de la publicité dans les villes apparaît de façon récurrente dans les débats. Qualité du paysage, pollution lumineuse, consommation énergétique, modèle de consommation sont autant d’arguments avancés. Pour répondre à ces enjeux à une échelle locale, la métropole travaille, au cours de l’année 2020-2021, à la définition de la « juste place » pour la publicité sur son territoire.

Une première réponse se trouve dans un document nommé « Règlement Local de Publicité métropolitain » (RLPm). Le 16 octobre 2020, les élus du conseil métropolitain ont acté l’élaboration de ce document. L’objectif est de se doter de règles communes pour les 24 communes de la métropole, afin d’améliorer la qualité du cadre de vie, par une bonne maîtrise de l’implantation de la publicité et des enseignes. Ce règlement fait l’objet d’une concertation dite réglementaire, ouverte à toutes et tous.

Cependant, la question de la place de la publicité dans le quotidien des habitants va au-delà. Elle touche non seulement à la qualité du paysage, mais également à des enjeux sociétaux, tels que l’éthique, l’économie, la transition environnementale. Pour aller plus loin sur ces sujets, les élus métropolitains ont souhaité mettre en place un atelier citoyen pour approfondir la réflexion sur la juste place de la publicité dans la Ville.

Le présent Avis citoyen synthétise les réflexions du groupe citoyen. Il présente les explorations, les débats, et les messages clés portés par les participants. Il propose ensuite un certain nombre de préconisations en faveur d’une meilleure place de la publicité au sein de la métropole.

Les messages clés de l'avis citoyen

Une priorité, agir d’abord là où les leviers d’action locaux existent

« Nous appelons nos élus à agir en premier lieu sur ce qui est directement de leur ressort assurer le respect de la règlementation existante, réduire le nombre, la taille, la densité et les typologies des panneaux présents dans nos quotidiens (panneaux numériques notamment). »

A l'issue de l'atelier, les participants appellent à un affichage avant tout : 

  • Moins présent qu’à l’heure actuelle avec un meilleur respect de la réglementation
  • Garantissant un parcours en sécurité à l’usager dans la ville
  • Moins consommateur d’énergie
  • Plus accessible et ouvert à une diversité de structures.

Et dans ses contenus, un affichage : 

  • Favorisant la transition environnementale, avec l’information et la sensibilisation du public
  • Mieux maîtrisé à l’échelle locale
  • Plus harmonieux , offrant la possibilité de propositions artistiques, ou mettant en valeur des quartiers et lieux de la métropole

Les préconisations de l'atelier en un schéma