Le projet lauréat

Les Nantais étaient invités au printemps 2018 à voter pour leurs projets préférés dans le cadre l’appel à créativité « 15 lieux à réinventer ».

Avec 1235 voix, le projet préféré par les Nantais et les Nantaises pour la Chapelle du Martray est le projet "Le champignon urbain : la 1ère champignonnière nantaise" porté par Le Champignon urbain.

La raison de cet engouement ? Le champignon à la cote dans l’assiette et se plaît bien en ville ! « Économe en surface, la culture de champignon est l’une des seules qui puisse se pratiquer en centre-ville, explique Camille May, l’un des porteurs de projet. Avec sa température et sa luminosité particulière, la Chapelle du Martray se prête parfaitement à leur culture et nous permet de vendre des champignons en circuit court à deux pas de la tour Bretagne. »

Nous projetons de faire une culture de champignons comestibles en ville, dans des bâtiments, sur du marc de café usagé, vendus en circuit court. Notre projet permet la valorisation de 39 tonnes de déchets par an pour 3 temps plein, tout en produisant 2,6 tonnes de champignons (pleurotes et shiitakés).

Nous souhaitons faire de la champignonnière un lieu ouvert aux visites et aux animations.

Pleurotes et marc de café au printemps 2020

À partir du début du printemps 2020, restaurateurs, AMAP et riverains pourront venir récolter des pleurotes et des shiitakés cultivés sur place. Le lieu sera ouvert plusieurs fois par semaine au public, pour des actions pédagogiques et des animations. « Ce projet revêt également une dimension écologique, continue Camille May, puisque nous pouvons faire pousser nos champignons sur un substrat constitué de marc de café et d’autres déchets organiques. » Pour le moment, 100 kilos de champignons de champignons sont déjà produits par l’entreprise chaque semaine dans un autre coin de la ville. L’installation à la Chapelle du Martray permettrait de nourrir encore plus de gourmands.

«  À l’heure où la jeunesse nous alerte sur le besoin de changer nos habitudes de consommation, ce projet original et pédagogique est porteur de sens », a déclaré Johanna Rolland, Maire de Nantes, en remettant les clés aux trois agriculteurs mycophiles.

 

 

Découvrir le lieu

Cette chapelle de la fin du XIXème siècle n’est plus en usage. Elle fait partie des 15 lieux à réinventer, dans le cadre de l’appel à créativité initié en mai 2017 par la Ville de Nantes.

Chapelle du Martray

Chapelle à simple nef

Située entre l’Allée Maud Mannoni et la rue du Trépied, la chapelle du Martray aurait appartenu à l’Institution des Soeurs de la Sagesse. Elle était alors une composante d’un ensemble de parcelles, implanté au XIXème siècle. Ces parcelles sont aujourd’hui occupées par des logements, un multi-accueil et un centre de loisirs. La chapelle aurait été construite entre 1869 et 1888. Elle est en effet invisible au plan Pinson de 1869 et apparaît au plan du Port de Nantes de 1888.

L’édifice d’origine est constitué de trois travées en pierre de taille et moellons en extérieur. Des enduits ont été apposés en intérieur. Une nef simple avec tribune en bois est accompagnée d’un escalier sur son pignon Est. Le couvrement est en voûte d’ogives à quatre quartiers.