Présentation

Pour répondre aux besoins de mobilité des personnes en situation de handicap, un dispositif de transport spécifique, Proxitan, est proposé aux personnes en situation de handicap.

Confronté à plusieurs défis, comme l’augmentation du nombre de voyages annuels conduisant à une saturation du réseau aux heures de pointe et à une augmentation du coût du dispositif pour la collectivité, Nantes Métropole a souhaité engager une évaluation participative associant les représentants d’associations avant de renouveler son contrat de délégation de service public sur les transports.

Le pilotage de la démarche

La démarche, inscrite au programme de travail de la Commission Métropolitaine de l’Accessibilité Universelle (CMAU), s’est déroulée de février à septembre 2016 autour d’une instance d’évaluation ouverte et pluraliste.

Cet espace de travail et de débat regroupait des représentants institutionnels (Mission égalité et Direction des déplacements de Nantes Métropole, SEMITAN, Agence d’Urbanisme de la Région Nantaise), des acteurs associatifs et des représentants d’usagers : association française contre les myopathies, association Valentin Hauy, association des paralysés de France, association départementale en Loire Atlantique des amis et parents de personnes handicapés mentales, association pour adultes et jeunes handicapés de Loire-Atlantique, comité des organisations pour les personnes handicapées visuelles de Loire Atlantique, institut Les Hauts Thébaudières, Union nationale d’associations de parents et amis de personnes handicapées mentales.

Associés à toutes les étapes de la démarche, ils ont produit avec l’appui du cabinet Planète Publique et en coordination avec la mission évaluation des politiques publiques de Nantes Métropole un avis évaluatif et des préconisations.

5 questionnements évaluatifs ont guidé les travaux de l'instance

  1. Les conditions d’accès au service (éligibilité, réservation …) sont-elles en adéquation avec les besoins repérés sur le territoire et ceux des différents profils d’usagers ?
  2. Dans quelle mesure le dispositif est-il mieux adapté (ou complémentaire) que le réseau classique de transports en commun pour répondre aux besoins des Personnes à Mobilité Réduite (véhicules, formation, horaires, disponibilité réelle …) ?
  3. Les différentes offres de transports sont-elles cohérentes et complémentaires entre elles et facilitent-elle l’intermodalité ?
  4. Dans quelle mesure le dispositif a-t-il permis d’améliorer la mobilité des Personnes à Mobilité Réduite ?
  5. Quels impacts a le dispositif sur la qualité de vie des usagers (vie sociale, vie professionnelle et engagement associatif, budget mobilité, sécurité, autonomie, stigmatisation / inclusion …) ?

Une méthodologie en 4 volets

L’évaluation a consisté à interroger toutes les parties prenantes du dispositif : bénéficiaires et non bénéficiaires, relais, accueillants et accompagnants, par le biais d’entretiens (physiques ou téléphoniques) et/ou de questionnaires électroniques. Plusieurs volets ont été pensés :

  • Analyse documentaire des éléments de bilan : fréquentation, refus de course, éléments financiers…
  • Entretiens collectifs : associations du Conseil Nantais de l'Accessibilité Universelle, usagers, agents de la TAN…
  • Questionnaire à destination des usagers et non usagers du service : 557 répondants dont 463 usagers et 94 non usagers
  • Parangonnage au niveau national et européen : 10 communautés urbaines ou d’agglomérations françaises et 2 collectivités européennes

Participants 0 Inviter