Un forum participatif pour réinventer les cours d’école

user.username Nantes Métropole, le 16 décembre 2022

b83c9a98-2e5c-4d17-95ee-44c4927433c2.JPG

La Ville de Nantes s’engage à renouveler 51 cours d’écoles durant ce mandat pour les rendre plus vertes, mieux adaptées au changement climatique et plus égalitaires. Mercredi 14 décembre, professionnels et usagers étaient invités à réfléchir collectivement aux cours de demain.


Enseignants et enseignantes, parents d’élèves, agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem), agents d’entretien, cadres de proximité, salariés des directions de la Ville… Ils sont une soixantaine réunis dans la salle Aristide Briand de l’Hôtel de Ville ce mercredi après-midi. Répartis par tables thématiques, ils vont plancher sur les 5 grandes ambitions pour les futures cours d’écoles nantaises : climatiquement adaptées, inclusives et égalitaires, insérées dans le quartier, écogérées et vivantes, ludiques et éducatives. Un tiers des cours vont être renouvelées d’ici 2026. « Depuis 2 ans, les services de la Ville et les élus travaillent sur ces orientations et sur une autre manière de faire, rappelle Ghislaine Rodriguez, adjointe déléguée à l’éducation, venue rencontrer les participants au forum. Ces réflexions ont nourri un cahier d’inspirations. Aujourd’hui, nous le soumettons à votre expertise professionnelle ou d’usage.


Quelle cour idéale ?


Premier exercice : imaginer la cour du futur. À chaque table, les participants et participantes, guidés par des animatrices, notent leurs souhaits sur une feuille avant de les restituer à voix haute. Murielle, professeure des écoles à Nantes Nord, a travaillé la question avec ses élèves. L’enseignante propose « des cabanes, des voiles d’ombrage, des sols débitumés et perméables, des structures pour grimper, une boîte pour dessiner, des arbres fruitiers, un mur végétal… » Frédéric, cadre de proximité, poursuit avec « des espaces enherbés pour gambader » mais aussi « des espaces partagés pour que ce ne soit pas seulement les garçons qui restent autour du terrain de foot ». Des sols clairs sont proposés pour faire face au réchauffement climatique, le groupe suggère également « des espaces de détente pour permettre aux élèves de s’allonger sur des temps calmes ». En parallèle, une quinzaine d’enfants, réunis dans la salle voisine, imaginent eux aussi leur cour idéale. Ils viennent ensuite présenter leur travail aux adultes. Parmi les propositions pour cette « cour Nantes 3000 » : des plantes, des tables de pique-nique, des cabanes, des animaux « qu’il faudrait traiter comme des êtres humains », un hamac « pour se reposer pendant la récréation », un coin « mi-sportif mi-calme »

f9d44af1fc4144ee165cdb9b0efaece9c5ad5c09.jpeg


« Ne pas assigner un lieu à un genre »


Pour le troisième et dernier temps, les participants doivent lister les critères permettant d’évaluer si les objectifs de la cour idéale sont remplis. Chaque table planche sur sa thématique. Nolwen Le Chevalier, chargée de dialogue citoyen, anime l’une des deux tables sur la cour inclusive et égalitaire. Le groupe (directeur d’école, enseignante, Atsem, parent d’élève, chargé d’accessibilité à la Ville…) propose plusieurs pistes de réflexion : « se défaire du connu », « avoir des lieux mixtes », « se défaire du catalogue de jeux existants » … Les participants sont ensuite invités à évaluer et compléter 3 fiches du cahier d’inspirations : imaginer de nouvelles règles pour inventer l’espace, proposer des chemins, éviter les détours et les impasses, proposer à minima 3 espaces dans la cour pour répondre à la pluralité des envies et des besoins des enfants. « Il faut éviter que les terrains soient stéréotypés pour laisser place à d’autres jeux », souligne Ludovic, parent d’élève. « Les espaces doivent être modulables, complète Sterenn, professeure des écoles, qui propose également « des toilettes mixtes ». Le groupe rappelle le rôle des adultes «  qui doivent être les garants des règles d’usage pour une cour plus égalitaire » et suggère de développer des espaces polysensoriels « pour s’adapter à tous les publics ».

d15dac839c5758adfdba0a529fd647b417e53681.jpeg

En fin d’après-midi, les travaux de chaque groupe sont restitués. « Toutes vos propositions vont maintenant être instruites par les services de la Ville, indique Ghislaine Rodriguez. Nous reviendrons vers vous au printemps 2023 avec un référentiel concrétisé et un autre support qui précisera pourquoi certaines propositions n’ont pas été retenues. Ce référentiel coconstruit ensemble va servir en priorité au renouvellement des futures cours mais aussi aux autres écoles qui pourront bénéficier d’aménagements plus légers. »