Lycéens, collégiens, acteurs et citoyens s’expriment sur le futur de la route de Vannes

user.username Nantes Métropole, le 22 novembre 2021

IMG_8762_1000.png

Tout a débuté le 30 juin dernier lorsque Nantes Métropole, les communes de Saint Herblain et Orvault ont présenté leurs intentions pour le renouvellement de la Route de Vannes afin qu’elle fasse partie des quartiers de ville, actifs, mixtes, solidaires, agréables à ville.

Pour y réfléchir, ils ont souhaité engager une démarche de concertation associant toutes les parties prenantes. Les citoyens réunis au sein d’un atelier sont mandatés pour remettre aux élus leurs préconisations. Pour cela, ils auront à intégrer les points de vues des acteurs, des commerçants, des associations et collectifs qui ont assisté à une séance de focus groupe. Et puis ils ont aussi à prendre en compte la paroles de plus jeunes, celles de collégiens du collège Gutenberg et des lycéens de N.Appert.

Ce sont 63 lycéens entre 14 et 17 ans, 22 collégiens, 26 acteurs (commerçants, associations acteurs économiques, collectif d’habitants), et 26 citoyens qui sont invités à répondre à la même question :

« Comment réussir le renouvellement de la route de Vannes pour en faire des quartiers de ville, actifs, mixtes, écologiques, solidaires, agréables à vivre ? A quelles conditions et selon quelles priorités ? »


Pour les lycéens

Ils connaissent bien la route de Vannes. Pour une majorité des participants, c’est un espace qu’ils fréquentent souvent sur la pause méridienne. Ils y vont pour se restaurer dans de grandes enseignes pour un prix abordable. C’est aussi un lieu dans lequel “ils trainent” pour s’amuser entre les cours. Il arrive aussi aux lycéens d’accompagner leurs parents faire des achats sur leur temps personnel. C’est donc un espace dans lequel ils évoluent au quotidien de manière intéressée (faire des achats) et désintéressée (s’y amuser, passer le temps). 

Si je vous dis Route de Vannes aujourd’hui, vous me répondez : “c’est des magasins” , “beaucoup d’embouteillages” , “y’a mieux comme balade” 

Si je vous dis la Route de Vannes demain, vous me répondez : “des commerces plus accueillants” , “plus de verdure” ,“une circulation plus fluide” 


Pour les collégiens

Après deux balades sur le site, l’une libre et l’autre avec un médiateur “nature”, les échanges s’engagent entre les collégiens. La majorité préfère les espaces plus naturels, mais quelques voix se prononcent en faveur de la route de Vannes. Et pourquoi ? « parce que c’est plus urbain » et « parce qu’il y a des magasins ». 

Les idées des collégiens :

  • Limiter la pollution de l’air… en mettant de la végétation comme sur le parc de la Savèze 
  • Limiter le bruit… en enlevant les voitures et en « vivant dans la nature ». Et pour autant, « on a besoin de se déplacer » : à pied, en vélo, en bus, en tram, tout en pensant comment se déplacer sur des grandes distances « on ne va pas faire Paris-Nantes en vélo » 
  • Il faudrait des habitations qui soient « isolés du bruit extérieur ». 
  • Il faudrait des habitations qui ne prennent pas trop de place au sol « parce qu’il n’y a pas beaucoup de  place sur la route de Vannes ». Et comment on pourrait faire ? « Coller les magasins entre eux », « les  concentrer dans un même bâtiment » à l’image du Sillon, « enlever des parkings » puisqu’on limite la  voiture ou encore construire au-dessus des magasins pour mélanger commerces et logements. 
  • Quelques uns s’interrogent sur la nature des magasins, en effet certains vendent la même chose, quelle  utilité ? Et au-delà de leur utilité, ça interroge sur la forme et l’architecture de ces magasins identiques  qu’on soit à Nantes ou ailleurs, un sujet à travailler dans la suite des ateliers… 
  • Des pistes s’ouvrent aux élèves, qui continueront à explorer avec leur enseignant jusqu’au mois de  janvier ! 


Pour les acteurs

Pour assurer la renouvellement de la Route de Vannes, les acteurs recommandent :

  • de composer avec la réalité économique
  • d’améliorer l’accessiblité aux commerces
  • de développer et sécuriser les déplacements en mode doux
  • de requalifier les espaces privés pour bénéficier d’espaces verts, d’une vie de quartier animée, d’une offre commerciale et culturelle adaptée aux besoins des publics, des services de proximité, d’un réseau de transports de qualité
  • d’engager la transition écologique

En synthèse, les acteurs expriment leurs attentes pour le renouvellement de la Route de Vannes sont :

  • Une approche globale : définir un cahier des charges.
  • Faire de la route de Vannes un axe exemplaire de renouvellement : végétalisé, convivial, inclusif, adapté au changement climatique etc. 
  • Composer avec l’existant et travailler à la complémentarité de l’offre commerciale.
  • Poursuivre le dialogue et faire preuve de transparence : « co-construction permanente »
  • Le projet de renouvellement nécessite de se doter de moyens importants.
  • La priorité de renouvellement identifiée : la galerie Auchan Sillon Bretagne.


Aux citoyens de jouer …

Les 26 citoyens de l’atelier se sont réunis lors de deux sessions, les 8 et 9 octobre puis les 19 et 20 novembre.

Ils ont exploré le sujet et leur mandat de participation, ils ont pris connaissance de ses premiers points de vue et ils ont auditionné des experts de la logistique urbain, de l’habitat, de la transition écologique, du commerce …

Ils se retrouveront les 3 et 4 décembre prochain pour délibérer sur les préconisations qu’ils souhaiteront portés auprès des élus pour nourrir les décisions sur le plan guide, les grandes orientations pour accompagner les mutations à venir sur les 30 prochaines années.