Convention citoyenne post-Covid : Nantes Métropole et ses communes en plein travail

user.username Nantes Métropole, le 3 juin 2021

Une instruction en 100 jours et 4 étapes.png

Le 11 mars dernier, les 80 membres de la convention citoyenne de Nantes remettaient leur avis aux élus et élues de Nantes Métropole autour de 12 aspirations en lien avec la crise Covid. Depuis, appuyés des techniciens et techniciennes, les élus et élues décortiquent leurs propositions pour apporter une réponse argumentée.

« C’est notre contrat de confiance démocratique qui se joue dans cette réponse : nous devons aux citoyens qui se sont engagés une réponse sérieuse, audacieuse et concrète. »

 

C’est par ces mots que Johanna Rolland s’est adressée le 7 mai dernier à ses 23 collègues, maires des communes de la Métropole. Réunis en ateliers, toutes et tous ont planché toute une matinée sur les 12 aspirations de la convention citoyenne de Nantes post-covid et la manière dont ils pouvaient s’en saisir à l’échelle communale. La veille, les vice-présidents et vice-présidentes de Nantes Métropole avaient fait de même sur les sujets relevant de la Métropole.

Avril : un travail préalable à l’instruction

En amont de ces ateliers, l’administration de la collectivité a d’abord réalisé un gros travail au mois d’avril. A partir de l’avis émis par les citoyens et citoyennes, elle a d’abord décortiquée toutes les propositions et les a réparties en fonction des thématiques : mobilité, environnement, action sociale, développement économique… Les propositions ont aussi été identifiées selon les compétences des collectivités locales : les communes et la Métropole mais aussi les niveaux du Département, de la Région ou de l’État. Résultat, de grands tableaux indispensables pour analyser l’intégralité de l’avis citoyen et répondre de manière précise.

Mai : Métropole et communes élaborent leurs réponses

Les ateliers des 6 et 7 mai ont lancé l’instruction proprement dite par les élus et élues, c’est-à-dire l’analyse des propositions citoyennes et la proposition de réponses par la collectivité. Réunis en visio-conférence, les élus et élues se sont vu proposer les mêmes conditions de travail collectif que les citoyens et citoyennes : 3h d’échange alternance de sous-groupes et plénières. Ils ont pu confronter leurs ressentis sur cet avis et dresser de premières pistes d’actions possibles. Communes et élus de la de la métropole en lien avec les services disposaient ensuite du mois de mai pour faire remonter leurs propositions et remarques.

A partir de tous ces retours, une « version 0 » de l’avis citoyen va être mise au débat du comité de pilotage « convention citoyenne » qui se tient en ce début du mois de juin.

Juin : ensemble, les élus et élues finalisent une réponse partagée

Le mois de juin sera essentiellement consacré aux débats politiques pour finaliser la réponse. Les vice-présidents de Nantes Métropole y travailleront, tout comme l’ensemble des maires réunis en conférence à la mi-juin.

« Notre réponse s’engagera d’abord sur quelques premières actions à mettre en œuvre dès 2021/2022, indique Johanna Rolland. Nous proposerons aussi aux citoyen.ne.s d’approfondir ensemble des sujets moins mûrs. Les interpellations des citoyens qui ne relèvent pas des compétences de la collectivité seront relayées à la bonne échelle vers les instances concernées ».

 

La Métropole proposera enfin un droit de suite pour que toutes et tous puissent suivre la réalisation des engagements pris.

Après 100 jours d’instruction, les citoyens et citoyennes découvriront le 7 juillet, la réponse des élu.e.s à leurs débats. Pour la première fois, ils devraient être réunis physiquement, après des mois d’échange en visio-conférence !