Convention citoyenne de Nantes : les élus s’engagent

user.username Nantes Métropole, le 8 juillet 2021

NM115813.jpg

Les élus de Nantes Métropole ont présenté le 7 juillet leur réponse à l’avis de la convention citoyenne de Nantes « Covid-19 : vécus de crise et aspirations pour demain ». Ils se sont engagés sur 90 chantiers métropolitains et 70 projets communaux. Avant de donner rendez-vous dans un an aux citoyens et citoyennes pour faire un point sur l’avancée de ces engagements.

Le 11 mars dernier, les 80 membres de la convention citoyenne de Nantes remettaient leur avis aux élus de Nantes Métropole. Ce 7 juillet, ces derniers leur répondaient. 11 mars – 7 juillet : 4 longs mois d’attente pour les citoyens et citoyennes mais 4 courts mois de travail pour les élus !

«  Nous avons mis un point d’honneur à répondre avec sérieux, à la hauteur de l’investissement qui a été le vôtre, a souligné Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole. Cet avis nous a renforcé dans nos engagements mais il est aussi venu nous bousculer, nous interpeller et nous inviter à accélérer sur certains sujets ». 

 

Santé, cadre de vie, lien entre les habitants : la Métropole s’engage 

La Métropole a pris 90 engagements. Parmi eux, une ambition forte autour de la santé, point majeur de la crise, avec une nouvelle politique publique de santé à l’échelle métropolitaine. Les élus veulent aussi repenser la ville pour mieux habiter ensemble et renforcer notamment les clauses anti-spéculatives sur les logements. Pour favoriser le lien et les solidarités, la Métropole s’engage à mobiliser des biens publics vacants pour mettre à l’abri les plus précaires.

Elle souhaite aussi agir sur l’alimentaire dans la restauration collective, en lien avec le Pays-de-Retz. « Ce qui est au coeur de notre réponse, c’est une métropole de l’humain. C’est nouveau car jusque-là, la métropole agissait plutôt sur les grandes infrastructures », note Johanna Rolland, qui donne rendez-vous aux citoyens dans un an pour tirer le bilan de la pemière année de mise en place de ces engagements.

Les communes s’engagent aussi

Les 24 communes de la Métropole ont aussi proposé 70 réponses à leur échelle, dont la mise en réseau des professionnels de santé et la construction de maisons de santé.

A noter aussi plusieurs projets d’habitat seniors ou opérations de logements intergénérationnels, la création de jardins partagés, de vergers, de forêt et même d’une ferme maraichère pédagogique à Thouaré-sur-Loire. Pour mieux relier les habitants, Nantes souhaite organiser des assises des nouvelles solidarités et plusieurs communes proposent de lancer des budgets participatifs ou de créer des comités de quartiers. Enfin, la restauration collective (écoles, crèches…) est largement mobilisée, avec l’engagement de monter en puissance sur le bio, le local et de réduire les emballages jetables.

Quelle place pour les citoyens et les citoyennes dans la mise en oeuvre de ces engagements ?

Face à cette réponse dense, les citoyens et les citoyennes ont réagi à chaud. « Nous apprécions l’honnêteté de votre réponse, votre engagement sincère, soulignent-ils. Mais quelle sera la place des citoyens dans la mise en oeuvre de ces plans ? Où sont les chantiers participatifs et comment allons-nous dialoguer en continu avec vous tout au long de cette année ? » 

Alors qu’un pacte de citoyenneté métropolitain doit être adopté en octobre 2021, Johanna Rolland a tenu à rassurer sur ce point :

« Le dialogue citoyen, c’est notre marque de fabrique, nous n’allons pas nous arrêter : fabrique de la ville de demain, évaluation participative santé, assises nouvelles solidarité… il y aura de nombreux chantiers participatifs ! ».

 

Une première étape

Les citoyens et les citoyennes de la convention sont donc bien décidés à poursuivre leur mobilisation, une vraie découverte pour beaucoup d’entre eux, souvent éloignés de la vie publique jusque-là. « C’est d’ailleurs tout l’intérêt du tirage au sort, qui a été mis en place pour cette convention et a permis de donner la parole à une vraie diversité d’habitants », souligne Monique Boutrand, l’une des garantes de la convention citoyenne.

« Ce soir, notre réponse n’est qu’une première étape, a insisté Johanna Rolland. Notre collaboration va se poursuivre dans les mois et les années à venir. Nous n’avons pas fini de tirer les enseignements de cet avis citoyen si riche  ».

Pour aller plus loin