Comment la métropole de Nantes vit la crise sanitaire : les premières réponses d’une enquête locale

user.username Nantes Métropole, le 16 octobre 2020

enquetecrise800.jpg

Ils sont inquiets pour leur emploi, veulent consommer plus local ou déménager. Dans une vaste enquête commandée par Nantes Métropole, les métropolitains livrent leur vécu de la crise de la covid-19. Ces premiers résultats vont alimenter les travaux d’une convention citoyenne inédite qui débutera en novembre. Les élus de Nantes Métropole viennent d’en voter les principes à l’unanimité ce vendredi 16 octobre 2020.

Pour lancer une grande réflexion citoyenne sur le vécu de la crise sanitaire et les aspirations des habitants, Nantes Métropole a commandé une vaste enquête à l’institut TMO. Emploi, situation économique, consommation, logement, environnement, déplacement, numérique… 2301 habitants de Nantes et ses environs ont ainsi livré leur ressenti du 10 au 23 septembre dernier.

Les résultats en 7 questions

Le confinement a-t-il été pénible ? Pour 45% des personnes interrogées, le confinement a été ni pénible, ni agréable. 23% l’ont trouvé agréable, 32% pénible. Pour ces derniers, c’est surtout du fait de la restriction des libertés (34%), de la solitude (28%) ou des problèmes d’organisation familiale (14%). C’est aussi plus souvent difficile si l’on est sans enfant (44%), que l’on vit en appartement (40%) ou dans un quartier prioritaire (40%).

Êtes-vous inquiet pour votre emploi ? La crise économique épargne la majorité des travailleurs métropolitains : 84% ne sentent pas leur emploi comme menacé à court terme. Mais les travailleurs indépendants (commerçants, artisans, intermittents…) sont beaucoup plus inquiets (52%) ainsi que ceux qui ont déjà connu du chômage partiel (60%).

Votre situation financière s’est-elle dégradée ? 21% des métropolitains estiment que oui contre 30% en moyenne à l’échelle française. Mais selon TMO, si l’on cumule risque sur l’emploi et situation financière, ce sont quand même 29% des métropolitains qui seraient directement touchés par les effets de la crise économique. 52% des personnes questionnées pensent aussi que la crise va accentuer les inégalités sur le territoire.

Consommez-vous moins ? 34% des métropolitains disent consommer moins depuis le confinement. Parmi eux, 24% le font par contrainte du fait de la baisse de leurs revenus, 36% pour épargner plus et 65% par manque d’envie de consommer. 1/3 des métropolitains disent aussi avoir changé leurs habitudes d’achats alimentaires pour privilégier les produits locaux (77%), bio (50%) et les commerces de proximité (70%).

Une envie de partir ? 21% des personnes disent que la crise leur a donné envie de déménager. Cette envie est plus répandue chez les Nantais, ceux qui vivent en appartement et les jeunes de moins de 35 ans. Près des ¾ de ceux qui souhaitent déménager aimeraient vivre dans une maison et 71% en dehors des grandes villes.

Pensez-vous changer votre manière de vous déplacer ? 40% des métropolitains pensent qu’ils vont plus souvent marcher, 24% faire plus de vélo. A l’inverse, 28% des automobilistes pensant moins leur voiture. Les constats sont plus partagés pour les transports en commun : 17% pensent les utiliser plus, 15% moins. Plus largement, 46% des habitants se disent préoccupés par le réchauffement climatique, c’est bien plus qu’il y a 10 ans (15%).

Quelle place pour le numérique ? 43% des habitants disent utiliser plus le numérique depuis le confinement : ils estiment en majorité que c’est un progrès (61%) même si cela reste un problème pour 16% tandis que 23% y voient à la fois un progrès et un problème. 42% des travailleurs ont télé-travaillé durant le confinement. 82% des télétravailleurs l’ont fait dans de bonnes conditions et 78% aimeraient bien poursuivre.

Pour aller plus loin